Le chantier

PORTRAIT : RESPONSABLE DOMAINE SÉCURITÉ TRAFIC

Depuis son poste à Besançon, Charles Paratte joue un rôle central dans le bon déroulement des travaux sur l’A36 Sevenans. Il veille notamment à entretenir un parfait équilibre entre exigences chantier et contraintes d’exploitation.

Arrivé chez APRR en 2007, Charles Paratte a vu son poste évoluer vers plusieurs missions.
La sécurité y occupe une place centrale. Au sein de la direction régionale Rhin à Besançon, Charles étudie les zones à risques sur le réseau et les solutions à apporter. Il contribue également à la mise en cohérence des obligations réglementaires avec la réalité du terrain pour tout ce qui concerne la viabilité hivernale. Côté chantier, Charles joue aussi un rôle clé. « Je travaille en amont du projet, bien avant que n’entrent en scène les premiers engins. En coordination avec les conducteurs d’opérations APRR et la maîtrise d’œuvre, j’analyse les différentes phases du chantier en définissant des périodes d’intervention où l’impact sur la circulation sera moindre, afin de minimiser la gêne clients » explique-t-il. Ces contraintes de trafic à respecter sont alors inscrites dans le cahier des charges transmis aux entreprises de travaux.

Un important travail d'anticipation

Dates d’intervention, balisages et fermetures de voies, déviations… Charles veille à ce que tout soit mentionné noir sur blanc dans le dossier d’exploitation. Chargé de l’instruire jusqu’à son approbation par arrêté préfectoral, il prend part à une longue phase de concertation impliquant services de l’État, gestionnaires de réseaux routiers secondaires, communes, services de secours, gendarmerie… « C’est un travail d’écoute qui implique la compréhension des contraintes de chacun et un bon esprit de synthèse pour arriver au compromis » confie-t-il. Cet équilibre entre travaux d'ampleur et impact mesuré, il doit l’entretenir quotidiennement, notamment lorsqu’un imprévu nécessite une rapide modification d’arrêté préfectoral. Charles aime contribuer à la sécurité et à la fluidité du trafic. À en juger les dix-huit premiers mois du chantier de Sevenans, il peut être satisfait !