Cadre de vie

Environnement : suivre et montrer la voie

Le projet d’aménagement de l’A36 Sevenans fait l’objet d’un suivi environnemental rigoureux et régulier tout au long de sa phase travaux. Une mission assurée par le bureau d’études Écoscop. Mathieu Thiébaud revient sur cet enjeu.

Trois niveaux de suivi

Dans le secteur enclavé de l’échangeur de Sevenans, plusieurs espèces ou groupes d’espèces, comme le papillon Cuivré des Marais, une grande partie des oiseaux (passereaux, rapaces dont le Milan noir…) ou encore les reptiles et amphibiens font l’objet de mesures de protection. Ces espèces sont au cœur du premier niveau de suivi réalisé par Mathieu Thiébaud, chargé d’études écologue, dont nous dressons le portrait ici.

« Durant le chantier, mes collègues et moi faisons quatre passages par an avec des inventaires faune-flore dans une bande tampon de dix mètres de part et d’autre du chantier, suivi d’un compte-rendu annuel » précise-t-il. Un deuxième niveau de suivi est réalisé, mensuellement, dans le cadre du plan de respect de l’environnement. « Nous vérifions si tous les dispositifs nécessaires pour la protection ou la valorisation de l’environnement sont correctement appliqués, comme les systèmes de filtration d’eau, les clôtures, les passages pour la faune, la propreté du chantier… » explique Mathieu.

Enfin, Mathieu apporte une assistance pour définir et suivre la mise en œuvre des mesures destinées à compenser l’impact du projet sur certaines zones. Citons notamment la renaturation de la Douce, le réaménagement de la Varonne ou encore la restauration de zones humides dans le secteur du Croso.

Mission de génie écologique

En tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, le bureau d’études Écoscop joue également un rôle de conseil vis-à-vis d’APRR. Le suivi régulier qu’il réalise sur le terrain lui permet d’apporter de précieuses recommandations, par exemple lorsqu’il s’agit d’ajuster certaines mesures compensatoires.

Un accompagnement que Mathieu réalise en étroite collaboration avec d’autres acteurs environnementaux. « On travaille avec le Conseil Départemental du Territoire de Belfort, impliqué notamment dans le suivi des mesures concernant le Cuivré des Marais ou encore avec le bureau d’études Silva Environnement, qui intervient dans l’inventaire des chiroptères ». Sur le chantier de Sevenans, les chauves-souris aussi font l’objet de nombreuses précautions.


  • Cadre de vie

    Sociétal : un chantier pour l'emploi

    Aujourd'hui, les clauses sociales ne sont obligatoires que dans le cadre des marchés publics. Pourtant APRR a choisi de les intégrer aux cahiers des [...]

    En savoir plus
  • Cadre de vie

    Remblai : l'apport du Misapor

    La prise en compte de l’enjeu environnemental sur le chantier de l’A36 Sevenans prend diverses formes. L’une d’elles n’est d’ailleurs pas forcément [...]

    En savoir plus
  • Cadre de vie

    L'eau se la coule douce

    Enjeu de taille sur le chantier, le milieu aquatique a fait l’objet d’aménagements dès cet été. Céline Nguyen, responsable environnement de la [...]

    En savoir plus
  • Cadre de vie

    L’eau, source de précautions

    La Douce, La Savoureuse, le canal de Montbéliard à la Haute-Saône, les gravières… l’eau est un élément incontournable du projet d’aménagement de l’A36 [...]

    En savoir plus
  • Cadre de vie

    Pour que nature rime avec infrastructure

    L’aménagement de l’échangeur de Sevenans matérialise une volonté forte d’insertion des infrastructures dans leur paysage. Car si le projet a vocation [...]

    En savoir plus
  • Cadre de vie

    Mesures de conservation : l’effet papillon

    Rompu aux exigences environnementales, le Groupe APRR veille à ce que chacune de ses infrastructures s’accompagne de mesures dites
    « compensatoires [...]

    En savoir plus